Chanel à sa nouvelle maison
by Nailchats Style / lexpress December 2, 2018

La griffe parisienne aime les chiffres porte-bonheur. Après le 31 rue Cambon, un hôtel particulier acheté en 1918 par Gabrielle Chanel qui abritera sa première boutique mais aussi le studio, les salons et ateliers de haute couture, la maison ouvre un nouvel espace au n°19 (comme le parfum du même nom). L’occasion de déployer sur 1000m², dans trois immeubles classés et autant d’entrées stratégiques (de la rue Duphot à la rue Cambon en passant par la rue Saint-Honoré) tout l’univers de la marque. Des accessoires aux parfums en passant par la joaillerie et le prêt-à-porter, visite guidée dans cette boutique monumentale et atypique (mention spéciale à la vue sur l’église polonaise Notre-Dame de l’Assomption), signée par l’architecte Peter Marino, grand manitou de l’élégance version déco. Manière pour la griffe, qui a révélé en juin dernier, et pour la première fois de son histoire, son chiffre d’affaire florissant -9,6 milliards de dollars en 2017-, d’asseoir un peu plus sa présence sur l’échiquier du luxe parisien.

Présent depuis l’origine, l’escalier en pierre calcaire a été restauré et orné de miroirs juxtaposés rappelant ceux du 31 rue Cambon. Au centre se déploie une œuvre commandée à l’artiste Gregor Hildebrandt : un mobile de 14 mètres composé de morceaux de disques vinyles, d’acier et de tissu. D’autres œuvres réalisées sur mesure rappellent le lien qui unissait Gabrielle Chanel aux artistes de son temps.

Parquets « Versailles », tapis et chaises hautes en tweed, le premier étage accueille les accessoires et le prêt-à-porter. Ici des sacs bouées, des bérets, des lunettes de soleil et autres pièces colorées issues de la collection Croisière 2019.

Les pièces prennent des allures de salons cosy. Ici, un paravent en laque de Coromandel du XVIIIème siècle chiné par Peter Marino rappelle celui qui trône dans l’appartement privé de Gabrielle Chanel. Le Lion en pierre de Carrare posé sur la table basse est un clin d’œil au signe astrologique de la fondatrice.

Ici un grand miroir en cristal taillé et bronze signé Goosens surplombe la cheminée en marbre et la table basse d’Ingrid Donat. Le plus : la lumière et la vue sur le Jardin des Tuileries.

Read more

More Posts

Contactez nous